Abandons estivaux : les coulisses des associations

En cette période estivale c’est connu : les abandons d’animaux ne font qu’augmenter ! Les associations sont donc vite débordées ! Nous entendons malheureusement très peu parler d’elles, c’est pour cela que Take Me Home a choisi d’interviewer les associations Françaises afin de savoir comment est vécue cette période au sein d’une association. Nous répondons à vos questions : comment les associations font-elles pour gérer tous ces animaux en été, pourquoi il y a-t-il autant d’abandons et pourquoi l’été ? Et bien d’autres encore. Merci aux association qui nous ont répondu pour le temps qu’elles nous ont accordé !

Pour avoir une idée plus représentative de la situation, nous avons interrogé plusieurs associations, fonctionnant toutes différemment :

  • Félin Possible : une association de Rennes qui ne fonctionne qu’avec des bénévoles. Tous les animaux sauvés et proposés  l’adoption sont en famille d’accueil.
  • L’Ecole du Chat de Quiberon : fonctionnant aussi avec uniquement des bénévoles et familles d’accueil, l’association dispose également d’un lieu : le clos de Kernavest où les chats sont recueillis.
  • La Confédération Nationale des SPA de France : une confédération rassemblant 256 refuges indépendants de France, qui prennent en charge 80% des animaux. La confédération accompagne les refuges indépendants et les aide lorsqu’elles sont face à des situations d’urgence.

En cette période estivale combien avez-vous recueilli d’animaux dans votre association ? Ressentez-vous une différence dans le nombre d’abandons estivaux et le reste de l’année ?

Félin Possible :

Nous avons actuellement 115 chats accueillis au total. Nous avons comptabilisé plus de 70 nouveaux pensionnaires à l’approche de l’été. Et nous devons désormais, à notre grand regret, en refuser tous les jours, ayant atteint nos limites (de places et de budget). Nous subissons de nombreux abandons toute l’année, mais nous constatons en effet une recrudescence de ceux-ci avant les vacances, dûe en grande partie au fait que les chatons naissent au printemps, et arrivent à l’âge d’être adoptés juste avant les vacances d’été.

Caline est une minette aimant sa tranquillité, calme et docile. Elle apprécie les caresses et les bisous tout doux ! Adoptable via l’association Félin Possible.

Or peu de personnes souhaitent adopter alors qu’elles s’apprêtent à partir en vacances et préfèrent le faire à la rentrée… donc les gens qui ont des chatons à donner s’en débarrassent en les abandonnant un peu partout. Pour pouvoir partir en vacances, par peur qu’ils leurs restent sur les bras, parce qu’ils deviennent trop remuants…

L’Ecole du Chat de Quiberon :

Quiberon est une ville touristique et balnéaire, il est encore trop tôt pour faire un bilan : le constat des abandons ou des chats perdus se fait en septembre/octobre.

En cette période estivale nous avons très peu d’adoptions, et nous sommes submergés par les prises en charge. Nous sommes une petite association avec une poignée de bénévoles.
Les futurs adoptants souhaitent adopter très souvent un chaton et regardent très peu voir pas du tout les juniors et adultes qui méritent tout autant un gentil foyer.

5 Bonnes raisons d’adopter un animal adulte

CNSPA :

Malheureusement il y a plus d’abandons. La population de chats augmente chaque année et très peu sont stérilisés : 5% en milieu urbain et même pas 1% en milieu rural. Forcément, ces chats font des portées et donc le nombre de chats errants et de chats abandonnés ne fait qu’augmenter. Pour ce qui est des chiens, le problème est l’achat d’impulsion, en animalerie, salons ou sur Internet, qui finit souvent en abandon. Cependant, le nombre d’abandons de chiens reste stable d’une année sur l’autre car il y a de moins en moins de chiens.

Les refuges du côté chien sont de moins en moins saturés mais pour ce qui est du côté chats, c’est une vrai catastrophe ! En 5 ans, le nombre de chats accueillis par certains refuges a été multiplié par 2.5 !
Tous les refuges de notre réseau sont indépendants et autonomes, je n’ai donc pas de chiffres exacts à donner. Mais je peux vous donner une estimation. Le réseau de nos 260 refuges intègre 180 000 animaux par an donc environ 40 000 animaux sur l’été.

La surpopulation féline, expliquée en une infographie

Pour le début du mois de juillet, observez-vous plus ou moins d’abandons estivaux que les années précédentes ?

Félin Possible

C’est difficile à quantifier car comme tous les ans, nous sommes submergés et ne pouvons pas faire face à tous les abandons. Nous constatons surtout que les chats sont abandonnés de plus en plus jeunes. Il y a quelques années, les gens attendaient qu’ils soient au moins sevrés au niveau alimentaire pour les abandonner. Aujourd’hui nous avons de plus en plus de chatons de moins  de 4 semaines (qui doivent donc être biberonnés)…

Quelques bénévoles ont souhaité témoigner pour vous donner une idée plus précise et concrète du biberonnage de chatons. Des témoignages touchants, et pleins d’amour. On remercie ces bénévoles qui ont donné de leur temps et aidé l’association Félin Possible, auteur de cet article.

L’Ecole du chat de Quiberon :

Sur la période de Juin et Juillet, nous avons surtout des chatons de mère en liberté, avec ou sans propriétaires, trouvés dans la nature ou lâchement abandonné devant le vétérinaire.

CNSPA : 

Pour la CNSPA, c’est difficile à dire, au niveau des saisons c’est plutôt les catastrophes climatiques qui vont générer le plus de travail. Par exemple, lors des récentes inondations, la CNSPA a dû intervenir rapidement afin d’aider les refuges qui sont en grande difficultés.

En effet, en été les refuges sont saturés mais chaque association est indépendante et gère donc à sa manière son refuge, nous n’intervenons pas.

La confédération apporte une aide aux refuges mais pas forcément une aide au quotidien. Nous, on va intervenir pour aider les associations en grande difficulté : problème financier, catastrophes climatiques, vols etc. On leur propose une aide d’urgence, livraison de croquettes ou matériel etc.
Par exemple récemment un refuge s’est fait cambrioler, nous avons dû nous mobiliser pour l’aider en envoyant principalement des croquettes.

Les 256 refuges de la CNSPA

Nous avons l’opération ADEL (Aide à la DELocalisation), quand un refuge est en difficulté. Un appel est lancé à l’ensemble des associations du réseau afin que les animaux puissent être pris en charge correctement. L’été, c’est plus compliqué car chacun est en saturation donc les refuges anticipent cette saison et serrent les dents jusqu’à la rentrée, période où les adoptions reprennent.

Où retrouvez- vous les animaux abandonnés le plus souvent ? Sur la période d’été, observez-vous plus d’abandons “sauvages” d’animaux que lors du reste de l’année ?

Félin Possible :

Vraiment partout… Certains sont déposés chez le vétérinaire pour euthanasie (ou plus lâchement laissés incognito devant la porte de la clinique avant son ouverture). Notre association n’a pas de local donc pas pignon sur rue, donc nous n’avons pas trop de « colis surprise » à la porte (même si c’est arrivé).

Les pires cas sont ceux qui abandonnent dans des endroits laissant peu de chances aux chats de s’en sortir: sur le bord d’une route passante par exemple, voire carrément en plein milieu d’un rond-point, ou encore au beau milieu d’une forêt, à la merci de tous les dangers. Il y a aussi les abandons « bonne conscience« : on balance le chat chez un particulier (bénévole d’asso ou pas), dont on sait qu’il les aime et ne pourra pas faire autrement que s’en occuper… ou bien parfois on les dépose devant la grille d’une école parce qu’il y aura bien un gamin pour le ramener à ses parents et des parents pour craquer. Sur ce point, l’imagination de l’être humain n’a malheureusement pas de limite…

Moustique, un chat récupéré par l’association Félin Possible (sa description nous a beaucoup fait rire)

Et oui, nous constatons plus d’abandons sauvages que le reste de l’année, car les chatons sont sans-doute plus « faciles » à abandonner que les adultes.

L’Ecole du chat de Quiberon :

Oui bien sûr, il n’y a pas de lieu. Dans la nature, dans la rue, chez le vétérinaire,  ….
Nous avons déjà eu un chat déposé devant le refuge en notre absence, dans une caisse sous forte pluie, le pauvre chat était terrorisé, dans le sas du refuge, on ne sais pas comment il avait pu le mettre là ou à la porte arrière chez le véto, encore des gens très courageux…

Sherlock est un minou très calme et câlin, il recherche une famille pour s’épanouir ! Sherlock est disponible dans l’association l’Ecole du chat de Quiberon.

CNSPA :

Il y a plus d‘abandons sauvages notamment à cause des portées « inattendues » et non voulues. Les personnes veulent s’en débarrasser le plus vite possible, et le plus facilement. Le nombre de chats abandonnés dans des poubelles l’été, c’est un grand classique de l’horreur. C’est plus compliqué pour les chiens, car un chien qui se promène seul est vite repéré, donc on peut moins facilement l’abandonner n’importe où.

Faire stériliser son chat, c’est contribuer à la maîtrise de la surpopulation féline. Une action responsable, qui comporte pleins d’avantages pour le chat, comme pour son humain !

Comment se passent les sauvetages ? Pouvez-vous nous en dire plus sur des sauvetages “extrêmes” ?

Félin Possible :

Les sauvetages sont tous différents, c’est impossible de généraliser. Il y a les sauvetages de chats abandonnés dans la nature, parfois sauvages, parfois blessés, parfois les deux, délicats à attraper. Dans ce cas, il faut utiliser une cage-trappe, et faire preuve de patience et de ténacité. Parfois on doit aussi faire face à la misère humaine… de gens qui se laissent dépasser par le nombre d’animaux… ou encore décèdent en laissant ces derniers livrés à eux-mêmes dans un taudis. C’est peut-être les situations les plus difficiles pour nous, car on fait appel à nous dans ces cas-là quand la situation est devenue incontrôlable et catastrophique.

L’Ecole du chat de Quiberon :

Les animaux abandonnés sont repérés par signalement et capturés à l’aide de cages spéciales. Nous avons déjà eu plusieurs sauvetages extrêmes. Celui de Kaloneg pour son courage (Kaloneg signifiant courageux en breton.) Ils étaient 4, abandonnés par une personne, ils souffraient tous les 4 d’un très important coryza, jamais soigné !
Sur les 4, nous avons été obligés d’euthanasier une petite minette ! Ses yeux avaient éclatés et elle hurlait de douleur!
L’avenir de Kaloneg a été plus qu’incertain et il a frôlé de près l’euthanasie.

[cq_vc_beforeafter beforeimage= »5543″ afterimage= »5544″ autoslide= »0″]

Après l’acharnement des bénévoles et de l’association à le soigner et à se battre, il a trouvé sa famille auprès de Muriel. Le voici ci dessus (avant/après) maintenant il va très bien !

La Tribu de  Djobi, Djoba, Mandjaro, Killi, tous les 4 été trouvés abandonnés sur la plage, sur un petit morceau de couverture, avec une gamelle de croquettes moisies à coté d’eux…

Gavroche, Griotte et Ekyog ont échappé de peu à la mort ! Ils avaient été capturé par un monsieur, détestant visiblement les chats, et qui avait prévu de les tuer…

Pompon est une victime des conflits de voisinage… Pour ne plus avoir d’histoire avec sa voisine, le propriétaire de Pompon était sur le point de jeter se pauvre chat dans le port d’Etel…

Cassius a été trouvé seul, perdu à pleurer dans un buisson… Cassius est un petit chaton très vif et plein de vie. Très joueur, c’est le roi de la débrouille. Un vrai petit bonhomme!

Pompon a été adopté, puis ramené à l’association après 2 ans, pour cause d’allergie… Après 2 ans ! Il a fort heureusement trouvé le bonheur dans une nouvelle famille.

Quelles sont les raisons les plus fréquentes d’abandons ?

Félin Possible :

Les raisons les plus fréquentes sont les allergies, les séparations, l’arrivée d’un bébé, les problèmes de comportement ou de propreté du chat, les déménagements, etc…

Toutes les raisons sont bonnes quand il s’agit d’abandonner. Nous déplorons que les personnes qui nous contactent pour abandonner ne soient pas pour beaucoup réceptives aux conseils que nous pouvons leur donner et la plupart du temps pas prêtes à faire d’efforts pour régler le problème ou au moins améliorer la situation.

C’est plus « facile » d’abandonner… et le fait que les refuges et associations existent leur donnent encore une fois bonne conscience: combien de fois ne nous dit-on pas « vous êtes là pour ça, non » ? Ou encore « on ne veut surtout pas l’abandonner, on préfère vous le confier« . Mais les gens ne veulent pas comprendre que nous confier leur chat, c’est l’abandonner, et se décharger de toutes leurs responsabilités à son égard.

abandons d'animaux

Pourquoi est-il impossible de connaître précisément combien d’animaux sont abandonnés en France

L’Ecole du chat de Quiberon :

Les raisons les plus fréquentes :

  • Séparation dans le couple
  • Départ en maison de retraite ou décès (la famille est la première pour prendre l’héritage mais personne ne veut s’occuper du chat. Il est amené dans un refuge ou il est mis dehors livré à lui même, les animaux sont totalement désorientés.)
  • Naissance d’un enfant
  • Allergie (vrai ou faux)

CNSPA

Nous essayons de sensibiliser sur les causes de l’abandon et plus sur l’abandon en lui-même, car les personnes ont maintenant compris qu’il ne fallait pas abandonner. Les principales causes sont :

  • La surpopulation féline : trop de chats ne sont pas stérilisés et une chatte fait 3 portées par an donc, même si on réussit à placer la première portée les autres sont plus compliquées à placer. Si on a bonne conscience, on les abandonne en refuge ou sinon certains les mettent carrément à la poubelle ! Effectivement l’été le gros problème est le trop grand nombre de chatons qui arrivent.
  • Les nouvelles tendances de commercialisation : vente sur internet, Facebook. C’est une catastrophe car cela génère des achats d’impulsions et qui dit achats d’impulsions dit abandons par la suite.
  • Méconnaissance de l’animal : Oui, un chat fait ses griffes, oui un chien aboie. Certains ramènent un chien en disant qu’il n’est pas gentil, alors que ces personnes n’ont tout simplement pas conscience qu’un chien ça s’éduque. De plus, les nouvelles générations n’ont pas été élevées avec les animaux et n’ont donc pas eu cette sensibilisation aux animaux. En plus de ça, les stars qui s’exposent avec leurs animaux montrent un mauvais exemple en incitant à l’achat d’animaux et d’animaux de race. Par exemple le Jack Russel de Christophe Dechavanne a l’image d’un chien de salon calme alors qu’en réalité c’est un chien « fabriqué » (comme toutes les races), pour chasser dans les fermes des proies. Les associations sont donc submergées de Jack Russels car les familles se rendent compte trop tard que ce n’est pas un chien de salon, mais plutôt un chien de campagne !

Nous avons axés nos campagnes de publicités sur ce genre de sensibilisation dont le slogan est « Et vous, est-ce que vous achetez vos amis ? » On veut qu’il y ait moins d’achats d’impulsions, et donc moins d’abandons.

Comment faites-vous pour savoir si l’animal est juste perdu ou si il est abandonné ?

Félin Possible :

Notre association, sauf exception, ne récupère pas directement les chats. Nous demandons aux personnes qui nous contactent car elles ont trouvé un chat, de faire une enquête approfondie: vérification de la puce électronique et du tatouage, enquête de quartier, annonces sur les sites d’animaux perdus/trouvés, affiches etc.

La plupart des animaux ne sont pas identifiés alors que cela est obligatoire. Mais qu’est-ce que ça change exactement ? A quoi ça sert d’identifier son animal ? Toutes nos réponses sur le sujet !

Si une fois ces recherches effectuées, nous considérons l’animal comme abandonné. A noter qu’en cas de ramassage par la fourrière, les chats risquent l’euthanasie au bout de 8 jours ouvrés, et qu’aucune recherche active de propriétaire n’est effectuée, si ce n’est la vérification de l’identification, donc pas la moitié de ce que nous demandons. Après nous estimons aussi que c’est aux personnes qui perdent leur chat de remuer ciel et terre pour le retrouver, et encore mieux, de l’identifier pour le protéger.

L’Ecole du chat de Quiberon :

Nous vérifions si l’animal est identifié. L’identification est obligatoire depuis janvier 2012, malgré cela beaucoup de chats ne sont pas identifiés.
Un propriétaire qui a perdu son chat va le rechercher, mettre des annonces dans la rue sur différents sites internet, nous regardons tout cela, contactons les vétérinaires avec qui nous sommes en relation, la mairie, la police municipale, la gendarmerie, il y a aussi le répondeur de l’association 24/24h.

Merci aux associations qui nous ont répondu !

Nous remercions l’association Félin Possible, l’Ecole du Chat de Quiberon et la Confédération Nationale des SPA de France de nous avoir accordé quelques instants pour répondre à nos questions. Nous leur souhaitons une bonne continuation et beaucoup de courage pour affronter cette période difficile ! N’hésitez pas à leur donner un coup de pouce en adoptant en association, vous proposant pour devenir famille d’accueil, ou aider de pleins d’autres façons !

L’association Félin Possible est basée sur Rennes. Elle s’occupe de recueillir les chats ayant été abandonnés, de les remettre sur pattes puis de les proposer à l’adoption. Fonctionnant uniquement grâce à des bénévoles, vous pouvez lui proposer votre aide ! Vous pourrez aussi retrouver tous les chats à l’adoption de l’association sur le site Take Me Home.
Pour visiter son site, c’est par ici.

L’association l’Ecole du Chat de Quiberon est basée à Quiberon, en Bretagne. Elle fonctionne aussi uniquement grâce à ses bénévoles, n’hésitez pas à les rejoindre (par exemple si vous êtes bricoleur ;) ). Pour s’occuper des chats libres un peu trop sauvages pour être adoptés, l’association a créé clos de Kernavest, un petit paradis pour chat. Les chats les plus sociables sont proposés à l’adoption, vous les retrouverez sur Take Me Home.
Pour visiter le site de l’association, c’est par ici !

La Confédération Nationale des SPA de France regroupe 256 refuges, indépendants. Elle leur apporte une aide sur différents plans : juridique, accompagnement pour les procès liés à la maltraitance, aide pour les urgences, etc. On pense souvent qu’il existe une seule SPA en France, avec un pôle à Paris et d’autres refuges qui y sont rattachés. C’est le cas de la SPA de Paris et de ses 62 refuges.
La CNSPA est un tout autre organisme, qui aide les 256 refuges membres, tous indépendants.
Pour visiter le site de la confédération, c’est par ici !

Sur l’image de couverture de l’article, les 3 chats sont à adopter ! Vous pouvez cliquez sur les liens pour en savoir plus, voire l’adopter. De gauche à droite :

Abandons estivaux : les coulisses des associations
5 (100%) 4 vote[s]

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chaargement…

0

Commentaires

abandons d'animaux

Abandons d’animaux : Pourquoi les chiffres seront toujours faux

Camynoo : l’application pour retrouver votre animal perdu