OMG LOL En colère

« Chaton à donner » : est ce que je craque ?

« Je veux un chaton ! Vers qui je me tourne ? Chez les éleveurs, c’est bien trop cher : pas question de dépenser une petite fortune pour un chat, sachant que j’aime bien les chats de gouttière. » Un des réflexes dans ce cas : trouver des annonces de particuliers. La solution semble idéale : pas cher, facile à trouver, mais est-ce une bonne idée de craquer sur leur petite bouille ?

Jeune ou adulte, chasseur, pantouflard ou câlin, trouvez le chat qui vous correspond et s’entendra avec toute la famille sur Take Me Home !

Qui n’est jamais tombé sur une annonce de chatons à donner ou un(e) voisin(e) qui nous dit « ma minette a eu des chatons, tu voudrais pas en prendre un ?« . Une action presque banale et souvent jugée « normale » : en France, 80% des chats sont adoptés entre particuliers. Tout le monde le fait, et puisqu’on fonctionne comme ça depuis longtemps, on ne se pose pas plus de questions et on adopte (parce qu’on avait envie d’avoir un chat, mais aussi parfois parce que la/le voisin nous suppliait d’en adopter un parce qu’elle ne savait pas quoi en faire).

Chaton a donner : un vrai bon plan ? Ou un cadeau empoisonné ?

« Plus c’est petit, plus c’est mignon ».

C’est vrai qu’à 1 mois, les chatons sont adorables : un peu gauches, joueurs, encore une petite bouille de bébé… Il peut être tentant de vouloir les prendre le plus tôt possible, c’est à dire dès qu’ils sont en âge de se nourrir seuls. Problème : à cet âge là, ils ne sont pas totalement sevrés : c’est à dire qu’il leur reste encore de nombreuses choses à apprendre de leur mère. Par exemple, il n’auront pas appris que lorsqu’on joue, on ne sort pas les griffes, on fait juste semblant de mordre et on ne croque pas à pleines dents les mains de son humain.
C’est seulement à 13 semaines (3 mois) qu’ils auront appris tout ce qui leur faudra pour être un chat équilibré. Les premiers mois des chatons sont également importants afin qu’ils développent de bonnes relations avec l’Homme.

Le témoignage de l’adoptante de Kebek : un chaton recueilli tout bébé

Le problème : de nombreux particuliers n’ayant pas connaissance du sevrage du chat les donnent trop tôt (élever des chats, c’est un métier !). S’en suivent des problèmes comportementaux des chatons, devenus grands. Et parfois, ces chats sont abandonnés à cause de ces problèmes.

Chaton a donner : une forme de « trafic » de chats

Peu de particuliers le savent, mais avant d’être cédés (même gratuitement !), les chatons doivent être identifiés. Pourquoi ? C’est la loi, tout simplement. Cette loi a été votée pour réduire le nombre de chats errants mais aussi les « erreurs » de fourrières qui conduisent parfois à l’euthanasie du chat. L’identification permet aussi de maîtriser le nombre de chats, et pour les propriétaires, elle leur permet notamment de retrouver plus facilement leur chat s’il est perdu, ou même est obligatoire pour faire garder son chat.

Donner un chaton non identifié, c’est vous exposer à une amende de 750€. Si les chatons sont vendus, conformément à la nouvelle loi, le vendeur doit avoir un numéro SIREN et respecter plusieurs obligations. (en savoir plus).

Pourquoi faire identifier son animal ?

En quoi ça consiste ? Pourquoi faire ? Toutes les réponses !

Lire

L’argument « c’est moins cher » est faux !

Certes, choisir un chaton « gratuit », donné par un particulier est moins cher que d’acheter un chat d’élevage. Mais avez-vous pensé aux associations ? Adopter en association revient moins cher que d’adopter un chaton gratuit ! On a fait le calcul pour vous ;)
Et contrairement aux idées reçues, il n’y a pas que des chats adultes (et un chat adulte pourrait vous convenir : moins de bêtises et d’éducation à faire !). Les chats des associations ne sont pas des chats « à problèmes », difficiles à éduquer. Et généralement, ils sont très reconnaissant envers leur famille d’adoption.
Pour la plupart, ils sont en bonne santé. Et s’ils sont malades ou handicapés, cela ne leur empêche pas d’être de merveilleux compagnons.

Adopter un chat : combien ça coûte ?

Identification, frais vétérinaires, ... un chat n'est jamais gratuit !

Lire

Attention aux maladies et mauvaises surprises !

Le gros problème des chatons donnés : ils n’ont en général bénéficié d’aucun suivi vétérinaire. Chez les chats, il existe des maladies comme le FIV et le FELV, qu’on appelle « sida du chat ». En adoptant un chaton chez un particulier, on ne sait généralement pas s’il est porteur de ces maladies. Et ces maladies sont transmissibles aux autres chats… (donc important si vous adoptez un deuxième chat !)
Les animaux d’associations bénéficient d’un suivi vétérinaire rapproché : on saura s’ils sont atteint d’une quelconque maladie, et on vous avertira en amont de l’adoption. Au moins, pas de mauvaises surprises !

Aussi, en adoptant en association, on pourra vous conseiller vers les chats qui vous correspondent. Certains chats ont besoin d’avoir un jardin, d’autres préfèrent le petit confort de l’appartement et n’aimeront pas sortir… Certains auront tendance à mieux s’entendre avec les autres animaux ou avec les enfants. Les associations pourront vous guider vers un chat qui vous correspond, pour développer une belle complicité.

Envie d'adopter en association ? Take Me Home vous aide à chercher votre compagnon idéal !

Adopter un chaton donné, c’est participer à la surpopulation féline

« QUOI ?

COMMENT CA ?

Mais je ne suis pas responsable de la misère animale moi ! »


Donner les chatons d’une portée de son chat existe depuis si longtemps, qu’on en oublie de remettre cette pratique en question. Du coup, on adopte un chat donné, on ne le fait pas forcément stériliser. Ou alors, on attend la fameuse « première portée » avant de faire stériliser son chat – qui n’est pas du tout nécessaire !

Souvent, les chatons sont donnés.

« de toute façon tout le monde le fait, c’est pas 3 chatons qui vont changer la face du monde ».

Eh bien si. C’est une petite goutte d’eau, qui continuera à faire déborder le vase…

Les chats se reproduisent à la vitesse de l’éclair ! C’est à chaque portée 2, 3 ou 4 chatons qui naissent. Et si on trouve des familles pour ces chatons mais que :

  • on ne stérilise pas son chat
  • on se sensibilise pas les adoptants à la stérilisation…

on se retrouve chaque année avec encore plus de chatons ! Une situation qui fait qu’aujourd’hui, les associations de protection animales sont débordées. Elles n’ont plus de place pour accueillir tous les chats. Mais puisqu’un dessin vaut parfois mieux qu’un long discours, voilà ce qu’on veut vous expliquer :

Chacun peut agir à son échelle :

  • en faisant stériliser son chat plutôt qu’en donnant ou vendant les portées de ses chats
  • en préférant adopter en association plutôt que chez un particulier (tant que ces chatons trouveront preneurs, difficile pour les particuliers de prendre conscience du problème)
  • en faisant prendre conscience du problème en partageant cet article

 

Convaincu ? Pas du tout d’accord ? Dites-le nous en commentaires !


« Chaton à donner » : est ce que je craque ?
4.6 (92.41%) 29 votes

Laisser un commentaire

12 points
Positif Négatif

Nombre total de votes : 22

Positif : 17

Pourcentage approuvés: 77.272727%

Négatif : 5

Pourcentage vote négatif : 22.727273%

5 Comments

Laisser un Commentaire
  1. Bonjour, j’ai personnellement privilégié l’adoption en association. Tout simplement car en général elles sont complètements débordées. Elles ont vraiment du mal à donner tous les chats qu’elles ont à leurs dispositions. Et pourtant s’en occupe vraiment bien dans l’ensemble

  2. J’ai contacté quelques associations sur la Ville du Mans (72), elles m’ont toutes déçu! Une me trouve inapte à recevoir un chaton à mon domicile (un apart. de 51m² de plain pied en rdc sur-élevé où je vis seul) l’autre sur Yvré l’Évêque qui m’a laissé croire que je pourrais adopter un petit chaton tigré gris, avant de me dire qu’il y avait eu une erreur comme quoi il était « réservé », mais je crois que c’est plutôt la gamine (à qui ils l’avaient confié en attendant qu’il trouve un nouveau foyer) qui ne veut plus s’en séparer !!! Je vais me tourner vers de vrais professionnels, quitte à devoir payer, au moins je ne serais plus déçu par ces ****** !!!!!!!

    • Les associations m’ont tous déçus. Réponse très tardives, chats pas « adaptés » à notre domicile…. Une nous à réserver un chaton, nous étions très contents et au dernier moment, elle nous a interdit d’adopter un chaton ou un chat chez eux car nous avons une route près de chez nous et que nous contions faire sortir le chat !! Et puis nous sommes pas tous stupides, nous savons à quel point il est important de faire stériliser le chat et d’avoir un suivi vétérinaire, ce que je ferai avec mon future chaton. Je préfère passer par des particuliers, au moins, je serai sur que eux nous l’a metterons pas à l’envers.

  3. Ludovic Gauthier, si les associations dont vous parlez vous ont trouvé inapte à adopter ce ne serait pas à cause de votre égocentrisme et rapidité à englober tout le monde dans le même panier? Comme dans tous domaines, il y a d’excellentes associations et…….des minables (qui ne font pas le test FIV-FeLV mais prétendent un « suivi par un vétérinaire » ou bien ne conseillent pas bien, etc….) d’où l’importance de bien se documenter avant d’adopter. Mais ça tombe plutôt bien car adopter doit être un acte réfléchi non? Dans tous les cas, on a TOUT à gagner en adoptant via une (bonne!) association: moins de dépenses pour la stérilisation, l’identification et les vaccins et de bons conseils pour bien s’occuper de son chat! J’ai adopté dans une association à Quiberon il y a près de dix ans, et aujourd’hui encore, ils prennent des nouvelles du chat que j’ai adopté! Par contre, j’ai adopté un autre chat dans une association de Caen (qui porte le même nom que celle de Quiberon; nom connu car d’autres associations portent le même nom dans d’autres villes; je pensais donc qu’elles étaient toutes des antennes et toutes aussi bien que celle que j’avais connu à Quiberon; mais non! Malgré le même nom, elles n’ont RIEN à voir entre elles! ) et là, surpriiiise! Pas de test fait et zéro suivi! Ce chat a déclenché un petit coryza les jours suivant son adoption (classique avec le stress selon mon vétérinaire; mais rien de grave car je l’ai aussitôt fait soigner) et bien cette association n’a pris aucune nouvelle et n’a répondu ni à mes mails, ni à mes appels! Mais heureusement, par la suite j’ai découvert d’autres associations dans cette région où j’ai emménagé et elles sont sérieuses! Il suffit juste de bien se renseigner! je vais faire une comparaison qui va peut-être choquer, mais avant d’acheter un téléviseur, les gens se renseignent partout et comparent les services proposés par les vendeurs, etc…, alors pour un animal, ça devrait demander encore plus de vigilance et d’implication selon moi. Quant aux chatons des particuliers, je suis tout à fait d’accord! Les propriétaires devraient se montrer responsables et faire stériliser leurs chats et chattes! C’est honteux de voir avec quelle désinvolture certains laissent leurs animaux se reproduire. Ce n’est pas aimer les chats!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Page suivante

Famille d’accueil Animaux : des chiens et des chats à sauver !

Comment aider la cause animale quand on est radin (ou fauché) ?